Femmes rurales au Tchad : en quête d’un nouveau métier

Dans une démarche engagée, je souhaite valoriser les efforts et le travail des femmes au Tchad en leur apportant une formation professionnelle. La diversité et le professionnalisme sont deux valeurs importantes pour moi qui s’inscrivent pleinement dans ce projet.

  • Lieu de réalisation : Ville de Mongo, Province du Guéra au Tchad
  • Date de réalisation : 01/02/2020
  • Projet réalisé dans le cadre D'une initiative spontanée et engagée, d'une structure existante
  • Thématique(s) du projet : Projet associatif, Humanitaire
  • Valeurs défendues : Solidarité

A l'origine de ce projet

Eloïse Guillot

(23 ans)

Femmes rurales au Tchad : en quête d’un nouveau métier en détails

Contexte local : Le projet a lieu au Tchad. Le Tchad est un pays d’Afrique Centrale sans accès à la mer. Sa capitale est N’Djaména. Au Tchad, 78% des femmes sont illettrées et 70% mariées avant 18 ans, souvent par des mariages forcés, pourtant interdits. « L’objectif du gouvernement est d’abaisser le taux de fécondité de 6,4 à 3 enfants par femme en 12 ans », a expliqué Mariam Mahamat Nour, ministre chargée des réformes. De nombreuses associations et groupements développent des initiatives pour le bien-être de la femme au Tchad. Un forum a récemment été organisé à N’Djaména pour permettre d’encourager et pérenniser les initiatives féminines afin de réduire la pauvreté et booster la croissance économique du pays. Le projet se déroule dans la province du Guéra, au centre du Tchad, dans la ville de Mongo. La population de cette ville pratique à 80 % des activités à caractère rural. La population présente des difficultés pour améliorer leurs conditions de vie. Nous souhaitons dans ce projet mettre en place une activité génératrice de revenus comme celle de la couture. A Mongo, lors d’une cérémonie officielle de dons de livres dans l’école de la fraternité le 7 septembre 2019, la maire première adjointe de la ville de Mongo énonce et conseille à toute l’assemblée l’importance de l’autonomisation des femmes. Elle souligne l’importance de l’éducation mais aussi d’apprendre un métier pour pouvoir être autonome et avoir un avenir meilleur. Histoire du projet : Volontaire pendant 6 mois au Tchad dans l’association Guéra Touristique, je souhaite m’engager au sein de ce projet et je le porte avec Hassane Abdoulaye Moussa. Hassane est le président de l’association Guéra Touristique, il échange régulièrement avec les différents groupements qu’il soutient. Grâce à son association, il a pu soutenir l’ouverture de 5 centres d’alphabétisation à partir de janvier 2018. Ces 5 centres d’alphabétisation accompagnent des femmes analphabètes et suivent le processus d’apprentissage qui se découpe en 2 niveaux. Une fois le niveau 2 validé, les femmes sont dans la phase post-alpha et savent lire, écrire et compter. Elles peuvent s’orienter vers une activité génératrice de revenus. C’est l’objet de ce projet, créer avec le groupement de femmes une activité génératrice de revenus via la création d’un atelier de couture. Aux côtés d’Hassane, mon rôle au sein du projet est : Participer à la rédaction et au suivi des dossiers et conventions avec les partenaires du projet, Recruter les moyens humains du projet, Suivre les principales échéances, Être à l’écoute des besoins des bénéficiaires et collaborer avec les parties prenantes du projet. Objectifs du projet : L’objectif global de ce projet est de rendre autonomes les femmes au Tchad. Les deux objectifs spécifiques sont de favoriser l’insertion économique des femmes à Mongo et leur apporter une formation professionnelle. Bénéficiaires : Les femmes appartiennent au groupement Al Nadja signifiant « La réussite » en arabe et sont au nombre de 24. Ces femmes parlent arabe et ont entre 18 et 55 ans. Les bénéficiaires directs de ce projet comprennent les femmes mais aussi leur famille (environ 150 personnes). De plus, les bénéficiaires indirects sont au nombre de 5000 personnes comprenant les fournisseurs et clients potentiels. Les femmes de ce groupement sont agricultrices. Elles partent travailler aux champs cinq jours par semaine pendant la saison des pluies. La saison des pluies passée et la production récoltée, elles n’ont plus de travail. Elles subissent une période morte, de février à juin. Elles n’ont pas de revenus pendant cinq mois. Ces femmes connaissent les bases de couture, savent manier l’aiguille et sont motivées pour être former. Les former à la couture permettraient pour elles d’avoir une source de revenus supplémentaire. Description des activités : Concernant la construction de l’atelier, un terrain sera nécessaire et sera fourni par les bénéficiaires. Les femmes seront équipées de 6 machines à coudre, et des matières premières nécessaires pour leur formation. La formation durera 5 mois et demi et portera sur l’apprentissage théorique et pratique du métier et 2 semaines seront réservés à la formation de gestion pour le comité de gestion. Les 24 stagiaires seront réparties en deux groupes de 12 (matin & après-midi). Un comité de gestion sera formé pendant 2 semaines et permettra d’assurer le bon fonctionnement de l’atelier et une bonne tenue des comptes. Le groupement a procédé à l’élection d’une présidente, une vice-présidente, secrétaire et vice-secrétaire. Ces 4 membres constituent le comité de gestion et auront comme responsabilités de : -Tenir la caisse & Suivre l’activité -Effectuer l’administration -S’assurer de la bonne marche des machines -S’assurer de la bonne discipline du groupement -Gérer des évènements comme la journée portes ouvertes -Identifier & accompagner les futures tutrices -Gérer le stock et investir dans du matériel La formation accomplie, les femmes lancent l’activité. Elles créent et produisent différents types de produits pour femmes et filles : robes, t-shirt, jupes. Le groupement de femmes proposera 3 types de prestations : Prestation de service de couture où le tissu est fourni par les clients, Vente de vêtements avec l’achat de matières premières, Prestation de service de réparation. Résultats attendus : Le projet permettra de constater : 24 femmes formées au métier de la couture après 6 mois de formation ; 4 femmes formées à la tenue de compte et le comité de gestion est autonome ; l’activité est génératrice de revenus ; 4 tutrices sont identifiées pour former d’autres femmes Pilotage du projet : Le ou la responsable déploiement travaille 5 jours tous les mois pendant 9 mois, 6 mois pendant la formation et 3 mois pour effectuer le suivi de l’Activité Génératrice de Revenus. La personne en charge du projet participe à l’évaluation mensuelle des stagiaires, rédige les rapports mensuels, échange avec la formatrice et les stagiaires.

Je fais gagner ce projet en le partageant