Equipe ASCOP

L’équipe d’ASCOP : Le fait qu’Anjou Talents finance notre projet montre notre cohérence et notre motivation

Un an après l’obtention du Prix Anjou Talents Saison 1, nous sommes allés les rencontrer au Mans.
Les 13 membres de l’équipe étaient présents pour répondre à nos questions.

Que faites-vous actuellement ?

Alexis : Nous sommes tous les 13 en BTS maintenance des véhicules automobiles-motocycles depuis deux ans. Le BTS se passe en apprentissage. C’est à dire 15 jours en études et les 15 autres jours dans le monde professionnel.

Pouvez-vous nous parler de votre projet pour Anjou Talents ?

Yanis : C’était de participer au 23H60 de l’ASCOP, une course d’endurance pour les motos de 15CH ou de 25CH. Nous avons choisi la catégorie 15CH. Cette course se déroulera le 14 Juillet au Mans.

Que vous a apporté l’aide du Crédit Mutuel ?

Alexis : Pour réussir notre projet, on avait défini un budget de 6 500 euros. On a dû chercher de nombreux partenaires pour arriver à cette somme. Et c’est de cette façon qu’on a découvert le concours Anjou Talents. En se renseignant, on a pu voir que le financement était conséquent pour l’aboutissement de notre projet. Nous avons donc tenté notre chance.

Grâce au financement d’Anjou Talents, on a pu acheter des pièces pour la moto et des tee-shirts pour apporter de la visibilité au projet. Il faut également savoir que l’inscription à la course coûte 1 000 euros. Tous les financements étaient importants pour la réussite de notre projet.

Avez-vous obtenu d’autres partenaires par la suite ?

Alexis : En gagnant le prix Anjou Talents, nous avons eu plus de crédibilité et de visibilité. Et cela c’est ressenti quand on est allé démarcher d’autres partenaires.
Le fait que Anjou Talents by Crédit Mutuel finance ce projet, montre la cohérence et la motivation du projet.

Quel regard portez-vous sur le Crédit Mutuel Anjou et le concours Anjou Talents ?

Yanis : Ce concours nous a aidé d’un point de vue financier mais également en termes de notoriété en relayant notre évènement sur vos réseaux sociaux. Tout ceci a permis de rendre notre projet sérieux et crédible.

Où en est votre projet aujourd’hui ?

Yanis : On arrive pratiquement au terme du projet. Le budget est clos depuis quelques temps. Maintenant, la priorité est la préparation de la moto ainsi que la logistique pour le week-end end de course. Il faut être prêt le jour J.

Un conseil à donner pour les gens qui hésitent à se lancer

Alexis : C’est de ne pas avoir peur en voyant les nombreux obstacles.
En se lançant, on ne connaissait pas les aspects juridiques d’une association. On s’est plutôt bien débrouillé sur ce point.
La constitution d’un budget avec la recherche de partenaires est assez complexe. Mais quand on croit en son projet, celui-ci finit par aboutir avec tous les efforts fournis.

Yanis : Se lancer dans l’inconnu ! C’était le cas avec le prix Anjou Talents, mais au final ce fût une agréable surprise.

 


Interview au cœur du circuit Bugatti au Mans

Comment vous est venue l’idée de participer à cette course ?

Alexis : Un camarade et moi-même avons participé au 24H du Mans Moto en tant que mécanicien.
En revenant la semaine suivante en cours, on s’est mis à débriefer tous ensemble de la course. L’idée est partie d’ici. C’était un moyen de toucher notre passion, qui est la course. En 1 an, on a tous œuvré pour que le projet voie le jour.

Que représente Le Mans et le circuit Bugatti pour vous ?

Yanis : C’est tout d’abord notre passion. Et c’est la notoriété du circuit des 24H00 du Mans avec ses courses mondialement connues. Le fait de participer à une compétition au Mans, c’est vraiment un aboutissement et une fierté pour nous.

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre équipe ?

Alexis : L’équipe est composée de 13 apprentis d’une même promotion. Pour l’évènement, les rôles sont bien définis : on a 5 pilotes, 4 mécaniciens et 4 panneauteurs.

Que ressentez-vous avant votre première participation à cette course ?

Alexis : De la pression. On s’attaque à la dernière étape du projet : la préparation de la moto. Le temps passe plus vite qu’on le voudrait. Les journées ne sont pas assez longues. On fait notre maximum mais on doit jongler entre les examens et le projet ASCOP. Celui-ci nous tient à cœur, on fait donc tout pour le mettre en œuvre.

Avez-vous un objectif bien précis ?

Alexis : On aimerait terminer la course. C’est mythique une course de 24H00, autant dans le collectif que l’humain. C’est une première expérience pour l’ensemble de l’équipe. On espère avoir un bon résultat au classement dans notre catégorie. On aimerait bien viser un top 5 ou un podium.

Yanis : Avec la dure loi de l’endurance, on ne peut malheureusement pas anticiper les résultats. Il peut avoir tellement d’imprévus notamment des faits de course.

J’imagine que votre but est de participer aux 24H Moto ?

Yanis : La mécanique de compétition, c’est une voie que beaucoup veulent empreinter par la suite.
Mais actuellement, avec la structure qu’on a les 24H Moto sont intouchables pour nous.

Vous êtes l’équipe la plus jeune sur le circuit ?

Alexis : La compétition est ouverte à partir de 7 à 8 ans. Il y aura donc des pilotes beaucoup plus jeunes que nous. En revanche, on est la seule équipe avec l’ensemble des participants ayant entre 20-21 ans.

Alexis : On a de l’énergie, de l’ambition, de la hargne. On le voit plutôt comme un avantage. Le manque d’expérience peut nous porter préjudice durant la course.

Yanis : On est accompagné par nos formateurs qui ont beaucoup plus d’expérience. Ils sauront nous guidé lors de la course et nous conseiller pour être le plus performant possible

D’autres projets ?

Yanis : L’idée était de participer au 24H tout terrain ! C’est des 24H mais cette fois-ci avec des motos cross. A l’origine du projet, on devait faire plaisir à l’ensemble de l’équipe. Et à l’intérieur de notre team, beaucoup sont fans de motocross. On voulait donc participer à cette course pour satisfaire tout le monde.